Contenu

Confirmation d’un foyer d’influenza aviaire H5N8 sur la commune de Monbahus en Lot-et-Garonne

 

Le 2 décembre dernier, à la suite d’un début de mortalité anormale détectée dans un élevage de canards sur la commune de Monbahus, l’abattage préventif de près de 4000 animaux a été effectué (1950 provenant de l’élevage infecté du Tarn et 2000 autres élevés dans un bâtiment contigu). En même temps, toutes les mesures de gestion et de protection ont immédiatement été mises en œuvre par les services de l’Etat, afin de protéger les autres élevages avicoles du risque de contamination (Voir le communiqué de presse diffusé le 2/12/2016 (format pdf - 300.2 ko - 05/12/2016) )




Les résultats des prélèvements réalisés sur les animaux de ces élevages confirment, aujourd’hui, la présence d’un foyer du virus H5N8 en Lot-et-Garonne.

Compte tenu de la cinétique rapide de la contagion, de nouvelles mesures ont été prises, pour surveiller les exploitations situées en bord de route sur l’itinéraire emprunté par le camion ayant assuré la livraison d’animaux (voir cartographie en annexe) à partir de l’élevage infecté situé dans le Tarn. Ces mesures concernent une dizaine d’exploitations en Lot-et-Garonne, situées dans un périmètre de 250m de l’axe emprunté.

Cette mise sous surveillance entraîne la mise en place immédiate de plusieurs dispositions, parmi lesquelles :

  • l’intervention des services de l’Etat pour assurer la vérification des mesures de biosécurité, le recensement de toutes les espèces de l’exploitation, le nombre d’animaux morts, la réalisation de prélèvements pour analyses virologiques ;
  • l‘obligation de confinement des oiseaux dans leur locaux d’hébergement ;
  • l’interdiction de faire entrer ou sortir des volailles de l’exploitation ;
  • l’interdiction d’accès à ces exploitations, signalée par des panneaux placés à toutes les entrées ;
  • la mise en place de moyens de désinfection, pour les véhicules, les personnes et les matériels installés aux entrées et sorties des exploitations et bâtiments ;
  • l’obligation de déclarer toute augmentation de mortalité ou baisse de production aux services de l’Etat compétents.


Rappel des mesures mises en place dès le 2 décembre et toujours applicables

Le périmètre de sécurité se compose de 2 zones et concernent 24 communes :

  • zone de protection d’un rayon de 3 km autour de l’élevage qui concerne les communes de Monbahus, Monviel et Ségalas
  • zone de surveillance de 10 km. Les communes concernées sont Beaugas, Bourgougnague, Cancon, Castillonnès, Coulx, Douzain, Laperche, Lauzun, Lavergne, Lougratte, Montauriol, Moulinet, Montastruc, Montignac de Lauzun, Saint-Colomb de Lauzun, Saint-Maurice de Lestapel, Sérignac-Péboudou, Saint-Pastour, Tombeboeuf, Tourtrès, Villebramar.

Dans ces périmètres, les détenteurs de volailles et les exploitations commerciales de volailles ont été recensés et font l’objet de visites vétérinaires. Les mesures de biosécurité doivent y être rigoureusement appliquées. Tout mouvement de volailles à l’intérieur, à destination ou en provenance du périmètre de sécurité est interdit. De même, les foires, marchés, expositions comprenant des oiseaux captifs sont interdits dans ce périmètre, ainsi que les lâchers de gibier à plumes. Voir le communiqué de presse diffusé le 2-12-2016
Les services de l’Etat assurent une surveillance renforcée des élevages et du respect de ces mesures.


*Pour rappel, le virus H5N8 a été détecté pour la 1ère fois en France le 27 novembre dernier sur des canards sauvages dans le Pas de Calais. De nombreux cas ont été déclarés en Europe ces dernières semaines sur des oiseaux migrateurs, mais également en élevage de volailles. Le rôle des oiseaux migrateurs apparaît prépondérant dans la diffusion de ce virus particulièrement contagieux chez les oiseaux, mais inoffensif pour l’homme.

Voir le communiqué de presse (format pdf - 153.4 ko - 05/12/2016)

Voir l’arrêté du 04 12 2016 (format pdf - 1.6 Mo - 05/12/2016)