2021

Contenu

Communiqué de presse : Modalités à respecter pour les restaurants ouverts aux salariés du BTP

 

Modalités à respecter pour les restaurants ouverts aux salariés du BTP

 

Les restaurants ayant rouvert leurs portes aux salariés du bâtiment et des travaux publics sont soumis à des modalités bien précises, telles que des conventions de partenariats et la présentation d’une carte d’identification professionnelle du BTP :
Conformément à l’article 40 du décret modifié du 29 octobre 2020, les établissements recevant du public de type N (restaurants et débits de boissons) ne peuvent accueillir du public à l’exception :

• de leur activité de livraison ;
• du room service des restaurants et bars d’hôtels ;
• de la restauration collective en régie et sous contrat ;
• de la restauration assurée au bénéfice exclusif des professionnels du transport routier dans le cadre de l’exercice de leur activité professionnelle.

La restauration en régie et sous contrat est possible par le biais d’une convention temporaire avec les entreprises du BTP.

Le gérant de l’établissement, organisant l’accueil des salariés, s’engage à respecter les règles sanitaires en vigueur de la restauration collective :

• Les personnes accueillies ont une place assise ;

• Une même table ne peut regrouper que des personnes venant ensemble ou ayant réservé ensemble, dans la limite de quatre personnes ;

• Une distance minimale de deux mètres est garantie entre les chaises occupées par chaque personne, sauf si une paroi fixe ou amovible assure une séparation physique. Cette règle de distance ne s’applique pas aux groupes, dans la limite de quatre personnes, venant ensemble ou ayant réservé ensemble ;

• La capacité maximale d’accueil de l’établissement est affichée et visible depuis la voie publique lorsqu’il est accessible depuis celle-ci.

• Portent un masque de protection le personnel des établissements et les personnes accueillies lors de leurs déplacements au sein de l’établissement.


Cette convention est limitée dans le temps (durée du chantier), doit mentionner le nombre de salariés concernés et ne nécessite pas d’accord préalable de la préfecture.