Contenu

Commission Départementale de lutte contre les violences faites aux femmes : synthèse

 

Commission Départementale de lutte contre les violences faites aux femmes, synthèse départementale :

Secteur police et gendarmerie

Les violences au sein de la famille dans le Lot-et-Garonne

494 femmes sont concernées par des VIF : elles étaient 557 à la même période en 2018 soit une diminution du nombre de plainte de 11%. En moyenne et au 31 octobre 2019, 49 femmes ont porté plainte chaque mois. Elles étaient (en année pleine) 53 en 2018, 44 en 2017 et 40 en 2016.



La gravité et la multiplicité des violences sexistes et sexuelles dont les femmes sont les principales victimes, constituent un phénomène d’ampleur et ont de multiples conséquences sur les victimes et leur entourage. Les enfants sont directement affectés par les violences conjugales : la séparation et l’après séparation du couple, sont des phases propices aux violences, avec souvent des conséquences fatales.

En France, dans 80 % des cas, les violences faites aux femmes et les violences faites aux enfants sont liées :

• En 2018, 21 enfants sont décédés à la suite de violences conjugales, dont 5 ont trouvé la
mort en même temps que l’un de leurs parents.
• Le nombre d’enfants exposés aux violences conjugales est estimé à 4 millions.
• Près de 143 000 enfants vivent dans un foyer où une femme a déclaré des formes de violences physiques et / ou sexuelles.

Il est primordial d’améliorer le repérage des situations de violences conjugales exposant les enfants mais aussi, de les protéger et de mieux accompagner les mineurs victimes de violences sur le long terme.
Sur le long terme, cette lutte passe par la sensibilisation des enfants dès leur plus jeune âge, notamment à l’école.
En s’appuyant sur l’éducation, l’objectif est d’anticiper les violences et d’avoir un impact sur les futures générations. L’environnement scolaire joue un rôle essentiel tant pour identifier les cas de violences que pour lutter durablement contre celles-ci.

Les actions et les travaux menés en 2019 en Lot-et-Garonne :

- > Signature aux côtés de la Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les Femmes et les Hommes et de la lutte contre les discriminations, du protocole spécifique sur la prise en charge au sens sanitaire des femmes victimes d’agression sexuelle.

- > Diffusion d’outils de communication (affiches, cartes et numéros utiles…), réalisation d’affiches traduites en langue anglaise.

- > Réalisation de la page web départementale https://femmes-violences47.fr

- > Actions de sensibilisation auprès des jeunes et mise en place de partenariats efficients avec différentes associations du Lot-et-Garonne.

- > Actions de prévention de la récidive avec les auteurs de violence (stage de responsabilisation, renouvellement d’une action à la Maison d’arrêt et déploiement au centre de détention). A noter, le Réseau d’entraide 47 contre les violences conjugales vient récemment de mettre en œuvre un groupe de parole proposé aux hommes violents.

- > Le déploiement de l’application App-elles en partenariat avec l’association Soroptimist d’Agen. A noter que le club a fait don de 200 bracelets aux associations et structures qui accompagnent des femmes victimes de violences. Ainsi, les victimes en situation de précarité peuvent en bénéficier.

- > Organisation d’un colloque sur le thème des « enfants exposés à la violence au sein de la famille ». L’objectif est de compléter les actions déjà menées par un regard renforcé vers les victimes à part entière que sont ces enfants et d’améliorer leur prise en charge aux côtés de la victime.

- > Création, mise en ligne et analyse du questionnaire sur les violences : le but était de collecter des propositions à faire au Gouvernement, de faire connaître les dispositifs Lot-et-Garonnais et de les faire évaluer. Ce questionnaire a reçu 350 réponses. Ces dernières ont permis de produire un document, transmis aux services du Premier Ministres et de la Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les Femmes et les Hommes et de la Lutte contre les discriminations pour alimenter la consultation organisée du Grenelle des violences faites aux femmes.

- > Renforcement de la communication : émissions radios, conférences de presse, publications dans les journaux locaux et départementaux, ont permis un renforcement de l’information sur les actions et dispositifs Lot-et-Garonnais existants auprès des citoyens.

Les pistes de travail 2019 pour une mise en œuvre en 2020 :

Mettre en place des lieux centralisés de prise en charge des victimes pour éviter aux femmes le parcours du combattant :
Les victimes doivent pouvoir rencontrer en un seul et même lieu, médecins, psychologues et assistantes sociales. Elles seront mises en relation avec une association pour un accompagnement personnalisé. Si elles souhaitent porter plainte, un officier de police judiciaire pourra venir les rencontrer sur place.

Mettre à distance le conjoint violent :
Le dispositif en cours de réflexion, devrait permettre de prononcer l’hébergement du mis en cause pour violence, jusqu’à sa comparution devant le juge. Les hommes pris en charge, solidement encadrés, seront engagés dans un travail d’analyse afin de comprendre les origines de leur comportement violent et de prévenir tout acte de récidive.

Déployer une antenne départementale de prise en charge des psychos-traumatismes des victimes : Les violences subies, qu’elles soient sexuelles, psychologiques ou physiques, sont extrêmement traumatisantes et ont de multiples conséquences sur la santé psychique et physique des individus. Les
victimes nécessitent une prise en charge et un accompagnement dans le but de se reconstruire personnellement.

Les objectifs 2020

• Poursuivre les actions de sensibilisation et de formation et de communication des dispositifs existants,
• Réaliser de nouveaux outils et de nouveaux supports de communication,
• Pérenniser et étendre le dispositif des intervenants sociaux en commissariat et en gendarmerie,
• Poursuivre les actions relatives à la prévention de la récidive et travailler l’hébergement avec accompagnement des mis en cause,
• Réfléchir à la possibilité de proposer un dispositif pour la prise en compte des violences psychologiques (certificat médical de constatation),
• Participer au projet ARS régional de mise en place d’un centre de prise en charge des psychostraumatismes et d’une antenne départementale proposant une offre de soin en psycho-traumatologie,
• Mettre en place des plateformes pluridisciplinaires de prise en charge des victimes au sein des établissements hospitaliers.
• Disposer de 3 intervenant-e-s sur le département, en zone police et gendarmerie : secteurs d’implantation AGEN Villeneuve-sur-Lot et Marmande (un intervenant-e par secteur s’appuyant sur un référent territorial (antenne SIAO de proximité)

Téléchargez le dossier de presse commission de partementale de lutte contre les violences faites aux femmes (format pdf - 921.8 ko - 05/12/2019) ou le dossier de presse : Clôture du Grenelle national contre les violences conjugales du 25 novembre 2019 (format pdf - 134.5 ko - 05/12/2019)