Dossiers de presse

Contenu

8 mars : journée internationale des droits des femmes - Portrait de Corinne MAURICE

 

Corinne MAURICE a prouvé sa capacité à poursuivre l’activité que son mari avait créée. « Je suis engagée dans un devoir de mémoire qui me donne courage et détermination. Et puis, nos qualités féminines principales que sont la sensibilité, l’empathie, la négociation et la patience m’ont aidée à évoluer dans ce milieu de la pyrotechnie, où les hommes représentent la majorité ».

 

Corinne MAURICE

« J’ai repris cette entreprise en 1999, à la suite du décès de mon mari. Il s’était beaucoup investi dans cette entreprise créée 3 ans plus tôt. La pyrotechnie était sa passion, alors j’ai voulu perpétuer sa mémoire en poursuivant son rêve. J’ai donc quitté l’éducation nationale pour me consacrer totalement à cette nouvelle activité ».

Corinne MAURICE dit ne pas avoir rencontré de problème particulier par rapport à sa condition de femme. Même si elle avoue que, bien sûr, elle a croisé des cas exceptionnels où une marque de supériorité avait besoin d’être affirmée. « Mais, ce type de comportement, nous pouvons également l’observer chez les femmes. Je suis très investie dans mon travail et les personnes que je côtoie sont souvent plus attachées aux résultats, aux valeurs professionnelles, qu’au fait que je sois une femme. Au début, il faut prouver sa compétence, mais de la même façon que chacun doit le faire lorsqu’il arrive dans une profession. Par la suite, une confiance s’établit qui ne laisse pas place à la différence ».

 Il existe des qualités prédominantes chez les femmes estime Corinne MAURICE. « On ne peut pas les nier. La sensibilité, l’empathie, la négociation, la patience sont les principales. Par contre, je pense que toute personne qui s’épanouit professionnellement ou familialement développe des qualités qui lui sont propres et qui ne sont pas forcément liées à son genre. Tout est une question de personne et du choix de vie qu’elle fait tant sur le plan professionnel que familial ».